Mise à l’herbe des veaux à moins d’ 1 mois ou à 6 mois ?
notre étude

Mise à l’herbe des veaux à moins d’ 1 mois ou à 6 mois ?

Synthèse des performances de croissances de 3 aménagements testés en 2005/2006, 2014 et 2021
Modifié le :
6
June
2022

Objectifs de l'essai

  • Faire simple avec des investissements limités
  • Comparer les croissances des veaux mis à l’herbe dès le plus jeune âge avec celles de veaux restés en nurserie jusque 6 mois
  • Observer comment se comportent les veaux avec des conditions climatiques parfois peu clémentes

Ce qu'il faut retenir

Avec une mise à l’herbe des veaux dès le plus jeune âge, la croissance, la santé et le bien-être des veaux sont au rendez-vous. Des aménagements sont toutefois nécessaires pour que les veaux aient un abri, une complémentation, de l’eau, du lait et faciliter le travail de l’éleveur.
Mise à l’herbe des veaux à moins d’ 1 mois ou à 6 mois ? Mise à l’herbe des veaux à moins d’ 1 mois ou à 6 mois ? Mise à l’herbe des veaux à moins d’ 1 mois ou à 6 mois ?

Chiffres clés

Résumé

Trévarez a expérimenté différents type de logements en plein air pour des veaux Holstein du troupeau conventionnel ou des veaux issus de croisement de races laitières appartenant au troupeau « bio ».  Ces veaux étaient en phase lactée, répartis en lot de 7 à 13 veaux. Le coût a varié en fonction des aménagements à réaliser, de la possibilité d’utilisation de matériau de récupération et du niveau d’autoconstruction. Dans tous les cas testés, les veaux âgés de moins d’un mois à la mise à l’herbe, ont réalisé des croissances équivalentes voire légèrement meilleures par rapport à celles de veaux restés en nurserie et sortis  en moyenne à  5 mois.  Aucune différence sur les troubles sanitaires n’a été relevée. Les veaux commencent à brouter tôt, dès 3-4 semaines d’âge,mais doivent être complémentés. Ils ont à leur disposition de l’eau, des apports de concentrés et fourrages secs, un abri, même sommaire et doivent régulièrement être au contact avec l’homme.

Méthodologie

3 types d’ aménagements testés du plus simple au plus moderne

Résultat

Les veaux valident le plein air

Plein air ou nurserie des croissances et une santé identiques

Au cours des 4 années étudiées, pour les 2 types génétiques et les 3 aménagements, les croissances sont équivalentes voire légèrement supérieures pour les veaux à l’herbe. A noter que, même avec de l’herbe en qualité et en quantité, les veaux sont alimentés comme ils le seraient en nurserie : eau, foin et concentré à disposition et plan lacté identique.

Des ingestions d’herbe dès 3-4 semaines

Les veaux commencent très tôt à brouter, dès 4 semaines. Ils s’abritent davantage en cas de vent que de pluie.

En pratique

- Des niches individuelles pour la première semaine

- Des lots homogènes en âge (3 semaines d’écart maxi)

- Une parcelle coupée en 2 :

  • 30 ares en 2014 (pour 26 veaux jusqu’à 4.7 mois d’âge)
  • 15 ares en 2021 ( 13  veaux jusque l’âge de 4 mois)- Une clôture à mouton électrifiée

- 2 igloos collectifs orientés de préférence sud est, bien arrimés au sol pour se prémunir des dégâts en cas de coup de vent et de préférence rigidifiés pour être facilement manipulables

- Une zone stabilisée avec des caillebottis pour préserver la zone de passage- Un appentis pour abriter la paille, foin et concentrés

- Des cornadis pour la contention

Figure 1. résultats de 2005 et 2006

Figure 2. Résultats de 2014

Figure 3.  résultats de 2021

Un coût des aménagements variable selon les situations

A Trévarez, le coût varie selon les aménagements réalisés :

  • En 2014 : l’achat de 2 igloos collectifs de 10 et 15 places, sur une zone stabilisée, un appentis pour abriter le foin, la paille et les concentrés, un espace de barrières pour la contention ont coûté 6000 euros avec une part de récupération et d’autoconstruction soit 300 euros / places
  • En 2021 : l’achat de 2 igloos de 7 places (4 200 €), de cornadis, l’empierrement, le béton sous les niches, les barrières et l’appentis ont coûté 11 400 euros soit 812 euros / places

Conclusion

Une mise à l’herbe précoce sous conditions

Dans le respect des 5 libertés du bien-être identifiées par le Farm Animal Welfare Council, les veaux ont à leur disposition de l’eau, en plus du lait,  de l’herbe de qualité, un fourrage sec et du concentré. La contention permet de réaliser les soins en cas de besoin, les contacts réguliers avec l’homme garantissent une bonne relation homme-animal. Les veaux ont le choix d’utiliser ou non l’abri, correctement paillé, et bien orienté (dans l’idéal sud-est) et bien conçu pour permettre un couchage au sec, une température clémente, sans surchauffe en été. Le logement collectif est favorable aux contacts sociaux et à l’expression des comportements naturels.

Selon les conditions de portance, les zones stabilisées évitent la création de « bourbiers », et doivent faciliter les conditions d’accès. L’entretien des clôtures adaptées, le temps passé à la domestication et le choix d’igloo facilement déplaçables et manipulables contribuent à assurer de bonnes conditions de travail. Le projet se réfléchit et se chiffre. Le temps de paillage est réduit et permet un vide sanitaire dans la nurserie ou peut pallier un sur-effectif.


Télécharger l'étude au format PDF

Mettre les jeunes veaux à l’herbe, c’est une conduite facile, mais il faut une contention. Nous allons dans le parc tous les jours pour que les veaux soient habitués à l’homme et plus dociles. Ils goûtent vite à l’herbe, dès l'âge de 3 semaines. Ils s’habituent à la clôture en 1 ou 2 jours , je trouve  même que c’est plus facile qu’en grand paddock avec des génisses plus âgées à leur première mise à l’herbe. Nous pouvons pailler moins souvent car les animaux se couchent souvent dehors. Les lots ont 3 semaines d’écarts d’âge. Avec notre aménagement, je trouve qu’ils sont bien dehors. Pour l’éleveur, il y a quand même du temps à passer pour l’apprentissage, et l’entretien du parc et des clôtures. Enfin,  dans notre contexte pédoclimatique (humide et froid, avec des terres argilo-limoneuses), les conditions d’accès au site plein-air avec le taxi à lait mériterait d’être mieux stabilisées.

Télécharger l'étude au format PDF

"Des conditions qui semblent favorables au bien être des veaux"

Ludovic Lagadec

Ludovic Lagadec

Technicien d'expérimentation

Contact techniques

Pascal Le Cœur

pascal.lecoeur@bretagne.chambagri.fr

Chambres d'agriculture de Bretagne

Guylaine Trou

guylaine.trou@bretagne.chambagri.fr

Chambres d'agriculture de Bretagne

Sébastin Guiocheau

sebastien.guiocheau@bretagne.chambagri.fr

Chambres d'agriculture de Bretagne

Avec le soutien de