Que peux t-on attendre de la croissance compensatrice en élevage laitier
notre étude

Que peux t-on attendre de la croissance compensatrice en élevage laitier

La croissance compensatrice est une technique utilisée à la ferme expérimentale des Trinottières sur les génisses qui vêlent à 24 mois. Elle permet d’économiser du concentré au cours du 2ème hiver et de profiter de croissances élevées au cours du pâturage de printemps.
Modifié le :
9
September
2022

La croissance compensatrice est un accroissement de la vitesse de croissance lors d’une période d’alimentation non limitée faisant suite à une période de croissance faible à modérée. Elle consiste à réduire voire supprimer les apports de concentrés en hiver et/ou de réduire les quantités distribuées aux génisses de plus d’un an. Les animaux «rattrapent» leur retard de croissance au pâturage  de printemps, sans apport de concentré.

Que peux t-on attendre de la croissance compensatrice en élevage laitierQue peux t-on attendre de la croissance compensatrice en élevage laitierQue peux t-on attendre de la croissance compensatrice en élevage laitier

Chiffres clés

  • Près de 1 000 g
  • de gain de poids/jour durant la phase de pâturage de printemps grâce à la croissance compensatrice
  • 120 kg
  • de concentrés économisés durant la période hivernale

Méthodologie

Les pesées de 542 génisses nées entre 2000 et 2015 ont été utilisées pour étudier la croissance compensatrice au pâturage. Les génisses avaient en moyenne 13 mois au moment de leur rentrée en stabulation, après une première saison de pâturage (Fig. 1).

Fig 1 - Schéma d'alimentation des génisses entre 13 et 20mois et résultats de croissance compensatrice obtenus à la Ferme desTrinottières

Elles ont reçu une ration permettant une croissance modérée durant près de 4 mois puis ont été mises à l’herbe au printemps suivant. La saison de pâturage exclusif dure en moyenne 3 mois jusqu’en début d’été. À partir de cette période, les conditions climatiques ne permettent plus d’assurer une pousse d’herbe suffisante pour poursuivre un régime composé à 100 % de pâturage. Durant les 3 mois de pâturage de printemps, la croissance s’approche de 1 000 g/jour, sans complémentation.

Les résultats des Trino

Pour une bonne croissance compensatrice au printemps, viser une croissance hivernale de 600 g/jour

Les génisses qui ont une croissance élevée en hiver (plus de 750 g/jour) n’expriment pas de croissance compensatrice au pâturage (Tab. 1). Une croissance inférieure à 400 g/jour en hiver permet le plus fort niveau de compensation au printemps. Cependant, cela ne suffit pas à combler le retard pris en hiver et peut être préjudiciable pour les performances de reproduction. Au final, viser une croissance hivernale de 600 g/jour pour les génisses de plus d’un an permet de bénéficier de la croissance compensatrice sans préjudice par la suite.

Tab 1 - Performances des génisses en fonction de leur classe de croissance au cours du 2ème hiver

120 Kg de concentré économisé/génisse grâce à la croissance compensatrice

La croissance compensatrice est un moyen de réduire le coût alimentaire des génisses. Pour les animaux élevés à la ferme des Trinottières, cette technique permet d’économiser l’équivalent de 1 kg/j/génisse de concentré équilibré sur des rations à base de foin ou d’ensilage d’herbe de qualité moyenne. Cela représente 120 kg de concentré économisés par génisse, tout au long de l’hiver, pour des objectifs de poids au vêlage similaires. Pour y parvenir, les rations hivernales pour les génisses de 15 mois sont formulées dans un objectif de croissance de 600 g/jour, pour un âge au premier vêlage fixé à 24 mois.

Comment s'explique la croissance compensatrice ?

La croissance compensatrice s’explique par une augmentation de l’ingestion et une meilleure efficience alimentaire de l’animal, due notamment à des changements physiologiques importants lors de la période de restriction. Cette technique est utilisable sur les génisses de plus d’un an pour réduire le coût alimentaire de la ration hivernale.

Télécharger l'étude au format PDF

Pour obtenir un bon niveau de croissance compensatrice (de l’ordre de 1 000 g/j) durant la phase de pâturage de printemps, quelques points sont à respecter :

  • Les croissances doivent être modérées en hiver.
  • Au printemps, sortir le plus tôt possible afin de profiter de la pousse de l’herbe.
  • Attention cependant au stade de gestation (minimum 50 jours) pour limiter les risques d’avortement.
  • Avoir de l’herbe de qualité et en quantité grâce à la maîtrise du pâturage.
  • Ne pas hésiter à complémenter dès que le pâturage est limité.

Télécharger l'étude au format PDF

La croissance compensatrice est compatible avec un premier vêlage précoce, à condition de proposer une ration hivernale de concentration énergétique modérée et d’offrir un pâturage de qualité et à volonté, au printemps.

Contact techniques

David Plouzin

david.plouzin@maine-et-loire.chambagri.fr

Julien Jurquet

julien.jurquet@idele.fr

AVEC LE SOUTIEN