Réduire les émissions de méthane entérique en jouant sur l’alimentation
notre étude

Réduire les émissions de méthane entérique en jouant sur l’alimentation

Un essai pour comparer trois régimes alimentaires contrastés et leurs impacts sur les émissions de méthane entérique
Modifié le :
6
June
2022

Objectif de l'essai

Déterminer s'il est possible d’atteindre un faible niveau d’émissions de CH4 avec une ration à base d’ensilage de maïs pratiquée chez les éleveurs

Ce qu’il faut retenir

Plus une vache ingère et plus elle émet de méthane entérique. Le régime alimentaire joue aussi un rôle : une alimentation riche en amidon et en lipides réduit les émissions de CH4 entérique par kg de lait et par kg de MSI.
Réduire les émissions de méthane entérique en jouant sur l’alimentationRéduire les émissions de méthane entérique en jouant sur l’alimentationRéduire les émissions de méthane entérique en jouant sur l’alimentation

Chiffres clés

  • 45 Vaches laitières
  • réparties en 3 lots
  • 2 GreenFeed
  • pour mesurer émissions de méthane
  • 15 % d'émission en moins
  • pour la ration Trinottières par rapport à une ration méthanogène

Résumé

Un essai sur les émissions de gaz à effet de serre a été conduit sur la ferme expérimentale des Trinottières en 2017/2018 dans le cadre du consortium Gaz à Effet de Serre. L’objectif était de quantifier, au cours des 6 premiers mois de lactation, l’effet de 3 régimes contrastés sur les émissions de méthane (CH4) entérique des vaches laitières etleurs performances zootechniques.

Cet essai confirme qu’une alimentation riche en amidon et en lipides réduit les émissions de CH4  entérique des vaches laitières par kg de lait corrigé des taux et par kg de MSI (matière sèche ingérée). A l’inverse, une ration riche en fibres et pauvre en amidon semble les augmenter. Cette étude démontre également qu’il est possible d’atteindre de faibles niveaux de CH4 chez une vache laitière alimentée avec des rations à base d’ensilage de maïs quel que soit son stade de lactation.


Méthodologie

Distribution de 3 rations contrastées Trinos, CH4- et CH4+ :

La ration« Trinos » (67% d’ensilage de maïs (EM)) est la ration habituellement distribuée sur la ferme des Trinottières et s’approche des rations hivernales rencontrées sur le terrain dans l’Ouest de la France (25% d’amidon et 3% de lipides). Les rations « CH4- » et « CH4+ » ont été volontairement contrastées du point de vue de leurs effets éventuels sur les émissions de CH4. La ration « CH4- » mobilisait des leviers pour limiter les émissions de CH4 (24% d’amidon et 4,8% de lipides) alors que « CH4+ » était conçue pour les favoriser au moyen d’une teneur en parois plus élevée (42 % de NDF, 63% d’ensilage de RGI)et très peu d’amidon (1%).

Les émissions quotidiennes de CH4 ont été mesurées grâce à deux systèmes « GreenFeed » de la 11ème à la 26ème  semaine de lactation.

Résultat

Des ingestions et des productions supérieures pour les lots Trinos et CH4-

Les vaches des lots Trinos et CH4- ont ingéré significativement plus que celles du lot CH4+ (+6,6 kg MS/VL/jour en moyenne) et produit significativement plus de lait (+8,5 kg/VL/jour de Lait Brut et +6,8 kg/VL/jour Lait Corrigé). Les vaches du lot CH4+ (ration méthanogène) ingèrent moins en raison d’un encombrement supérieur de la ration ce qui conduit à une production laitière plus faible qu’avec les 2 autres rations.

D’autre part, le taux butyreux est plus faible pour le lot CH4- (34,2 g/kg), dû à l’association lipides/amidon.

Une ration terrain avec des émissions de méthane identiques avec celles du régime peu méthanogène

La ration Trino, proche des pratiques d’alimentation hivernale d’une partie des élevages de l’Ouest de la France, a permis de combiner de bonnes performances zootechniques et de faibles émissions de CH4/kg de MSI et par kg de LC (lait corrigé du TB et du TP).

Le lot Trino a produit 1,7 g de CH4/kg de LC et 4,7 g de CH4/kg MSI de moins que le lot CH4+, soit une différence de –15% et –26%, respectivement. La différence entre les lots CH4- et CH4+ est de -1,3 g /kg de LC et -4,2 g kgMSI. Ces différences sont significatives tout au long de l’essai et augmentent avec l’avancement du stade de lactation (Figures 1 et 2).

Figure1. Évolution des émissions de CH4 en g/kg de lait
Figure2.  Évolution des émissions de CH4 en g/kg de MSI


Conclusion

L’alimentationdes vaches laitières : un levier intéressant pour la réduction des émissions de méthane entérique

Cet essai montre que le régime alimentaire des vaches laitières a un effet durable sur les émissions de CH4. Il confirme qu’une alimentation riche en amidon et en lipides réduit les émissions de CH4 entérique des VL par kg de lait et par kg MSI. A l’inverse, une ration riche en fibre (et pauvre en amidon) les augmente. Il démontre également qu’il est possible d’atteindre de faibles niveaux d’émissions de CH4 chez la VL alimentée avec des rations à base d’ensilage de maïs pratiquées sur le terrain quel que soit le stade de lactation. L’alimentation est donc un levier important dans la réduction des émissions de CH4 des systèmes bovins laitiers. Cependant, dans les élevages laitiers, les vaches en production ne représentent qu’environ 50% des animaux présents. La conduite du troupeau joue un rôle tout aussi important qu’il ne faut pas oublier. Pour être efficaces, les leviers testés dans cet essai doivent donc se combiner avec des stratégies d’élevage limitant les effectifs du troupeau (vêlages précoces) et favorisant la longévité des vaches laitières.


Télécharger l'étude au format PDF

En pratique

Comment sont mesurées les émissions de CH4 ?

1 => Les mesures sont effectuées pendant que l’animal mange dans la mangeoire

2 => Une boucle électronique déclenche la distribution  de concentrés

3 => L’air éructé est filtré par un analyseur des gaz (CH4, CO2) situé dans la mangeoire

4 => Un ordinateur stocke les données et les transmet sur un serveur où sont traitées les mesures individuelles de CH4 et CO2


Télécharger l'étude au format PDF

"Cet essai prouve que la ration distribuée aux Trinottières génère des émissions relativement faibles de méthane entérique"

Michel Prezelin

Michel Prezelin

Responsable de l’atelier lait de la ferme expérimentale des Trinottières‍

Contact techniques

Manon GILLIER

manon.gillier@pl.chambagri.fr

Responsable de la ferme expérimentale des Trinottières

Julien JURQUET

julien.jurquet@idele.fr

Institut de l’élevage

Michel Prezelin

michel.prezelin@maine-et-loire.chambagri.fr

Responsable de l’atelier lait de la ferme expérimentale des Trinottières

POUR EN SAVOIR PLUS

Article publié aux Rencontres Recherche Ruminant de 2020, Une ration de terrain est-elle compatible avec de faibles niveaux d’émissions de méthane entérique des vaches laitières au cours des 6 premiers mois de lactation ?